Recruter des candidats sur leurs qualités humaines plutôt que leur diplôme ? C’est le principe du recrutement affinitaire. L’occasion de s’ouvrir à des profils différents.

Le fondateur de la plate-forme MonkeyTie, Jéremy Lamri, se souvient encore du scepticisme auquel il a été confronté : « Quand je me suis lancé dans le recrutement affinitaire, une banque m’a dit qu’elle n’embauchait pas les gens parce qu’ils étaient sympas mais juste parce qu’ils avaient un bon diplôme. J’ai expliqué ma démarche, démontré qu’il s’agissait de trouver à la fois des compétences mais aussi quelques qualités humaines déterminantes. Aujourd’hui, elle poste ses offres sur notre site ! »

Créée en 2013, la plate-forme MonkeyTie affiche à présent 40 000 annonces issues de 1 800 entreprises différentes.
Le principe est simple : les entreprises précisent les compétences requises ainsi que les qualités humaines privilégiées parmi cinq traits de personnalité (extraversion, conscience professionnelle, ouverture d’esprit, stabilité émotionnelle, et convivialité).
Côté candidat, il suffit de poster son CV et de répondre à un test de personnalité de 8 à 10 minutes.

Il s’agit donc d’assortir des candidats et des recruteurs un peu sur le modèle des sites de rencontres.
Le principe n’étonne guère Corinne Moret, dirigeante du cabinet Coaching et communication. Elle même ancien recruteur, elle rappelle que beaucoup d’employeurs ont déjà recours à des tests de personnalité : « Pour un recruteur, il est normal, au-delà des compétences, de prendre en compte certaines qualités humaines ». D’autant que certaines enquêtes leur donnent raison : selon une récente étude américaine menée par le psychologue Daniel Goleman, une entreprise devrait 60 % de ses résultats aux compétences émotionnelles de ses employés...

Lire la suite sur le site www.leparisien.fr > http://bit.ly/2mRP9uJ
Par Céline Chaudeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *